ActualitéOpinionsAgendaPortraitsNausicaa LabAssociation Culturelle

La gastronomie française au patrimoine de l’humanité !

17 novembre 2010
Posté Actualité
de Laure Blanchard

« Le repas est le laboratoire d’expérimentation de la gastronomie, viagra il réunit tous ses us et coutumes », a expliqué à l’AFP Annick Vin, de la Mission française du patrimoine et des cultures alimentaires (Mfpca), chargée par l’Etat du dossier. Ainsi, les Français ne mangeraient pas comme les autres ? …

C’est ainsi que l’UNESCO* a décidé, aujourd’hui à Nairobi, d’intégrer le « repas gastronomique des Français » et la diète méditerranéenne au patrimoine de l’Humanité, au même titre que l’art du tapis en Azerbaïdjan ou l’acupuncture chinoise, selon les décisions de ses experts chargés de répertorier les richesses « immatérielles » de la planète.

Au terme d’une campagne lancée en 2008 par Nicolas Sarkozy, l’Unesco a relevé que le repas était en France « une pratique sociale coutumière destinée à célébrer les moments les plus importants de la vie des individus et des groupes ». Et donc une pratique qui renforce l’identité collective et concourt à la diversité culturelle du monde, comme le stipule la Convention de 2003.

Ce qui est salué ici, ce n’est pas la qualité des mets servis à table en France mais plutôt l’art du repas partagé…les heures passées à table ensemble en somme !

Jean-Claude Kauffmann, un de nos sociologues nationaux, s’est exprimé sur le sujet, déclarant : « Cette décision me paraît juste : la cuisine et la convivialité sont véritablement un art et s’inscrivent dans la culture. C’est bien de le reconnaître. » selon lui « il y a des diversités culturelles considérables en cuisine, par exemple en Europe : d’un côté les pays anglo-saxons de culture protestante, centrés sur l’individu, le grignotage, l’utilisation du frigo, de l’autre les cuisines du sud, de tradition catholique, avec une tradition du repas et de la famille autour de la table. » Ce qui n’empêche pas la naissance de paradoxes par rapport à l’alimentation et à la cuisine : « En ce moment, on trouve dans un même pays – et en France aussi – l’alimentation individuelle commode, rapide, sur le pouce, à la maison ou à l’extérieur, mais aussi un intérêt pour le repas à table et la cuisine comme passion : par exemple les télés américaines regorgent d’émissions sur la cuisine gastronomique, alors que ce n’est pas du tout leur tradition. »

Cette décision peut nous faire sourire mais elle a le mérite de réactiver le débat et la réflexion sur la conception du repas à la française et sur la nécessité de lui conserver sa dimension sociale, contribuant au maintien de liens entre les individus et d’une certaine forme de bien-être.

Essayons néanmoins de rester humbles et d’être à la hauteur de cette distinction…bien qu’elle soit éminemment politique et suscite déjà des polémiques. Le défi est donc de demeurer à l’image de nos repas, joyeux, généreux et conviviaux, ce qui ne fera pas de mal à notre image, parfois entachée de snobisme.

*L’Unesco classe depuis une convention de 1972 les plus beaux sites du monde, mais elle a désormais également autorité pour protéger le « patrimoine immatériel de l’Humanité », aux termes d’une convention signée en 2003.

Pour aller plus loin, voici le lien vers la page de l’UNESCO diffusant l’ensemble des résultats…vous augmenterez votre culture générale à coup sûr et trouverez de quoi alimenter vos conversations pour les prochains dîners en ville !



Comments are closed.